A cheval entre rééducation et plaisir

La rééducation fonctionnelle dans la maladie neurologique est basée sur le principe de la plasticité neuronale, c’est-à-dire la capacité du cerveau à se réorganiser et à se reconfigurer par l’expérience ou l’apprentissage ; processus qui est en constant fonctionnement.

Par conséquent, notre cerveau est capable de se réorganiser et de se reconfigurer suite aux stimuli qu’il reçoit. Il faut donc envoyer des stimuli corrects afin que le cerveau reçoive les bonnes informations et les intègre par la répétition. Et voilà le fondement de la rééducation neurologique!

A partir de ce principe, plusieurs théories et techniques se sont développées, toujours afin de stimuler correctement le système nerveux et de faciliter, grâce à sa plasticité, la reconfiguration cérébrale.

equiphoria_andre3

Le plaisir d’André à cheval

André est un jeune homme de 24 ans qui vient à Equiphoria de façon hebdomadaire. Il suit un programme d’hippothérapie défini par des axes kinésithérapeutiques, afin de travailler son corps en globalité.

Lire la suite

Publicités

Un cheval qui pousse à grandir…

Premier jour à Equiphoria : Robin est un pile électrique. Aux prises avec une excitation débordante, il n’arrive pas à gérer et tous les troubles qui m’ont été décrits précédemment par les parents, s’expriment immédiatement.

Robin choisit son cheval : Phoebus. Même s’il n’est pas encore en capacité de canaliser son monde interne pulsionnel, Robin nous montre au travers de ce choix son désir d’apaisement. En effet, il aurait pu choisir un cheval qui stimule et exacerbe cette excitation, mais non. Il choisit un cheval très calme et apaisant, le doyen de la cavalerie.

equiphoriarobin1

Robin et Phoebus

Lire la suite

Caroline reprend les rênes

Comme un oiseau qui ne peut plus voler, comme un poisson qui ne peut plus nager… Caroline n’arrive plus à marcher… Elle souffre d’une maladie neurodégénérative.

Les jambes de Caroline s’affaiblissent petit à petit… Elle perd la force, l’énergie… Les chutes lui enlèvent l’espoir et l’envie de lutter… Caroline se sent impuissante, perdue dans un labyrinthe sans issue. La peur la paralyse, son corps ne répond plus, ses jambes ne sont plus ses jambes. Elle n’a plus le contrôle de son corps, de sa vie.

Dans cette défaite au quotidien, Caroline oublie une chose : sa force intérieure. Car en fait, ce ne sont pas ses jambes qui la contrôlent, c’est elle qui contrôle ses jambes. C’est elle l’actrice de son présent et de son futur, de sa vie. Le choix lui appartient. Et pour cela, elle doit reprendre les rênes de sa vie, décider de lutter et de surmonter la peur de la chute qui la paralyse.

Caroline reprend les rênes

Caroline reprend les rênes

Lire la suite

Equiphoria, c’est aussi ça…

Un de nos anciens patients revient lors d’une séance. Nous ne l’avons pas vu depuis plusieurs mois. Jacques est atteint d’une maladie très grave, il est affaibli, et son visage est méconnaissable. Une de ses éducatrices lui a demandé s’il souhaitait revoir son cheval Zipper, lui qui avait établi un lien si fort avec ce dernier durant tout son programme. Jacques accepte.

equiphoria-zipper

Zipper

Lire la suite

Une curiosité à la mesure d’Ursula…

J’imagine que quand vous pensez au travail d’une kiné, la dernière chose qui vous passe par la tête est une personne qui court à côté d’un cheval. Et pourtant, c’est dans ces moments-là, quand je cours avec Ursula, que je réalise le chemin que j’ai parcouru jusqu’ici, et que toutes mes expériences vécues prennent un sens.

Sa beauté éclatante avec sa crinière blonde et ses petits yeux joyeux me transporte dans mon enfance, à l’envie de jouer, de découvrir… et je me rappelle étant petite de ce que ma mère me disait :  »la seule chose dont tu peux avoir peur c’est l’inconnu ».

equiphoria_ursula1

Ma collègue Ursula

Lire la suite

Faustin

Je me souviens de mes premières impressions au contact de Faustin au début de son programme à Equiphoria, de cette fragilité qui émanait de lui, avec sa grande taille et sa démarche peu assurée. Faustin manquait vraiment de confiance en lui et chaque événement du quotidien lui demandait un effort. Tout était une épreuve pour lui : marcher, parler, regarder quelqu’un en face… Et son corps reflétait « avec force » cette anxiété latente. Et pourtant, aux côtés du cheval, Faustin a toujours tout affronté…

Faustin et Navajo

Faustin et Navajo

Lire la suite

L’environnement, un moteur pour avancer

equiphoria_cavalcade1

Le moteur pour avancer

 

Une des choses les plus importantes que j’ai appris de mes patients, c’est que l’environnement joue un rôle primordial dans notre vie et notre façon d’être. L’environnement nous construit, nous fait évoluer. C’est pourquoi, une thérapie n’aura jamais de bienfaits si elle se centre uniquement sur la personne en oubliant sa famille, ses loisirs, ses motivations, ses désirs… En définitif, son environnement. Lire la suite

Mathias

Mathias et Zipper

Mathias et Zipper

Mathias est un patient qui vient faire plusieurs programmes de rééducation par an avec le cheval lors de programmes courts d’une à deux semaines. Mathias a eu un accident de la route alors qu’il avait une vingtaine d’années, qui l’a laissé dans un coma de plusieurs jours et des lésions cérébrales importantes. Chaque mouvement, chaque geste de sa vie quotidienne lui demande un véritable effort. Le lien entre la pensée et l’action est entravée, mais la conscience de son état est intacte.

Lire la suite

Une créativité d’équipe…

Et voilà, notre éduc spé, inspirée par l’une de nos patientes, a été piquée par le virus de l’écriture !!! Je vous présente son texte. Bienvenue dans l’univers d’Equiphoria

La Brindille,

Brindille : nom féminin désignant une petite branche fine et fragile.

Elle est une Brindille. Une Brindille fragile qui se bat pour ne pas plier sous le poids de la maladie et du handicap. Cette Brindille passe la majeure partie de ses journées en position horizontale ; seul moyen pour elle de trouver les ressources nécessaires à son maintien en un seul morceau. Depuis plusieurs mois, la Brindille a rencontré un arbre au tronc épais, résistant et bien enraciné dans le sol, sur lequel elle peut s’appuyer. Il s’appelle Phoebus.

SONY DSC

Il s’appelle Phoebus

Lire la suite

Première publication !!

Voilà mon premier article paru dans le « Journal des Psychologues » n° 319 de juillet-août 2014.

Publication dans le journal des psychologues juillet-août 2014

Publication dans le journal des psychologues juillet-août 2014

 

C’est un article que j’ai écrit il y a 2 ans maintenant, lorsque j’ai découvert Equiphoria, mais qui ne paraît que maintenant. Le premier d’une longue liste, je l’espère… Si vous êtes intéressés, courez l’acheter !

Delphine