Pourquoi le cheval d’après Delphine

Le cheval réveille un panel d’émotions différentes, mystérieux et attirant, il intimide ou passionne, il apaise ou anime, sa qualité de proie lui donne une sensibilité particulière, et sa longue « pratique » de l’humain, lui apporte une grande clairvoyance : ainsi l’attitude du cheval au contact de l’homme révèle l’état émotionnel de ce dernier.

Navajo 2

Navajo

1) Ecoute pure :

Shannon Knapp, (cf : Strides, Path International, été 2012), parle de « clean listening », que nous traduirons par  « écoute pure » (« horses listen with full receptivity »). Vierge de tout préjugé, de toute censure, de toute interprétation, il peut repérer plus finement l’état émotionnel de la personne qu’il accompagne : le comportement et l’apparence ne le trompe pas, car il distingue des signes beaucoup plus subtiles. Il est donc d’une aide précieuse pour le thérapeute pour interpréter le comportement d’un patient: repérer une agitation interne chez un patient inhibé, ou à l’inverse, une sensation de plaisir au travers d’un comportement assimilable à un état anxieux. Les professionnels du cheval présents dans l’équipe d’Equiphoria sont aptes à interpréter les comportements des chevaux, et ce qui se passe dans la relation patient/cheval.

phoebus

Phoebus

2) Projection :

Le cheval est un animal doué de dualités symboliques intéressantes : la complexité dans une apparente simplicité, la force dans la fragilité, le courage dans la crainte, la sensibilité derrière une apparente indifférence… Cette dualité est une source infinie d’identifications projectives : il peut représenter la fonction paternelle, maternelle, le frère, la sœur, ou même un ancêtre de la famille… La subtilité de son expressivité permet d’imaginer nombre d’histoires, puis d’interpréter ses réactions à partir de modèles de références, culturels ou familiaux, et surtout de l’état psychique du patient. Il est intéressant, pour les patients en capacité de verbaliser, de repérer ce qu’ils peuvent dire de ses réactions et ses attitudes, ce qui peut leur permettre de parler d’eux-mêmes de manière détournée. Et ses projections ne s’entremêlent pas avec celles de l’interlocuteur. Le cheval accueille les projections et reste lui-même. Aussi le lien établi entre le patient et le cheval présente un atout majeur pour le thérapeute.

ZipperRoyalGold

Zipper

3) Support

Le cheval est un support physique et psychique pour le patient, et un auxiliaire pour le thérapeute. De la psychose la plus profonde au comportement antisocial, du polyhandicap au traumatisme crânien, de l’état dépressif sévère aux troubles du caractère ou de l’humeur, le cheval écoute, soutient, accueille… Il est disponible pour le patient et guide le thérapeute : cette double fonction le rend unique. Il reste alors au thérapeute à explorer au maximum les infinies facettes du travail avec le cheval, ceci dans un cadre et avec un objectif défini, le soutien de professionnels équins capables de fournir les interprétations et de mettre le cheval dans les dispositions adéquates (sérénité, sécurité)

Delphine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s